Méthodes réussies de détection et d’audit des fuites d’eau

Méthodes réussies de détection et d’audit des fuites d’eau

15 juin 2021 0 Par Harry

Chaque goutte d’eau propre est précieuse. Malheureusement, 30 à 50 % de l’eau sont perdues à cause du vieillissement des infrastructures. Et l’eau perdue équivaut à une perte de revenus pour le fournisseur de services d’eau. L’eau est perdue par les fuites et les fissures dans les tuyaux et leurs raccords. Étant donné que la plupart des infrastructures sont souterraines, il est pratiquement impossible de déterminer visuellement l’emplacement de ces fuites à moins que l’eau n’ait atteint la surface (provoquant des mares et des puits, des dommages structurels, un affaissement de la chaussée, etc.), et l’emplacement exact peut être indéterminé. La détection des fuites nécessite des technologies spéciales qui permettent aux inspecteurs de déterminer avec précision l’emplacement et la gravité des fuites de pipeline. C’est un domaine qui continue de croître et de progresser en utilisant à la fois la technologie établie et en adoptant des méthodes émergentes.

L’IMPORTANCE DE LA DETECTION DES FUITES

L’eau perdue à cause de fuites, de gaspillage ou de simple vol est appelée eau non facturée, en ce sens qu’elle ne rapporte pas de revenus au fournisseur d’eau car elle n’atteint jamais ses clients. Il peut s’agir de pertes physiques d’eau s’échappant du système, ou d’eau non comptabilisée qui n’est pas mesurée en raison de compteurs défectueux et de compteurs falsifiés, d’une comptabilité et d’une comptabilité médiocres, ou à la suite d’une erreur humaine lors de la lecture et de l’enregistrement de l’eau débitmètres du système. Les technologies disponibles et émergentes sont conçues pour détecter et prévenir les pertes physiques d’eau. Ceux-ci continueront au fil du temps jusqu’à ce qu’ils soient détectés. L’accumulation de pertes sur de longues durées peut entraîner des pertes importantes même à partir de fuites insignifiantes. Et si de l’eau peut sortir, des impuretés (sol, bactéries, matières organiques, etc.) peuvent s’y infiltrer et altérer la qualité de l’eau, voire la rendre impropre à la consommation.

Les pertes d’eau non facturées sont quantifiées de la même manière que l’eau fournie : volume (gallons ou litres) par unité de temps (par minute pour la fuite/le débit réel ou par an pour mesurer les pertes cumulées). Les pertes d’eau peuvent également être mesurées dans les grands systèmes d’approvisionnement en eau en termes de volume d’eau perdu par rapport à la longueur totale (milles ou kilomètres) des canalisations qui composent le système d’approvisionnement en eau. Ces valeurs sont ensuite comparées aux débits d’alimentation en eau pour déterminer le pourcentage d’eau totale perdue ou non comptabilisée. En règle générale, les pertes d’eau varieront proportionnellement à l’âge du système d’approvisionnement en eau ou à l’âge des différentes sous-sections des grands systèmes métropolitains. Les villes plus grandes et plus anciennes peuvent avoir des sections vieilles de moins d’une décennie ou de plus d’un siècle.

Étant donné que la ville exploitant un système d’approvisionnement en eau peut être son propre client, certains débits d’eau sont considérés comme comptabilisés mais non facturés dans le sens où la ville ne se facture pas elle-même l’utilisation de l’eau. Ces applications comprennent les services de lutte contre les incendies, les systèmes d’arrosage et d’irrigation des parcs, les piscines municipales et les installations récréatives, etc.

MÉTHODES DE DÉTECTION DE FUITES

La détection acoustique demeure le principal moyen de détecter et de localiser les fuites de pipelines. La méthode de détection acoustique des fuites est décrite comme « la méthode systématique d’utilisation d’équipements d’écoute pour surveiller le système de distribution, identifier les bruits de fuite et localiser les emplacements exacts des fuites souterraines cachées ». L’eau qui s’échappe sous haute pression d’une fuite ou d’une fissure dans un tuyau produit un bruit de précipitation ou de sifflement distinct qui peut parcourir une distance considérable le long du tuyau lui-même (en revanche, le sol meuble entourant le tuyau dans sa tranchée remblayée est un mauvais conducteur de son ). En ce sens, le tuyau agit comme un moyen de transmission du son. Ce faisant, il peut agir comme les cordes d’une guitare, vibrant avec différentes hauteurs pour différentes longueurs de tuyaux, diamètres et matériaux. Les tuyaux métalliques de petit diamètre transportent le son sur la plus grande distance, jusqu’à 1 000 pieds linéaires, tandis que les tuyaux en polychlorure de vinyle (PVC) de grand diamètre peuvent transporter le son à seulement 100 pieds.

Les dispositifs d’écoute utilisés pour détecter ce son se présentent sous différents modes de fonctionnement. Ils peuvent être mobiles ou fixes, directs ou indirects, externes ou internes, ou transmettre des données par radio ou utiliser un téléchargement manuel sur des ordinateurs portables. Il existe des capteurs acoustiques mobiles qui sont actionnés manuellement ou courent le long du segment de tuyau sur roues. Dans les deux cas, les capteurs sont constitués de microphones au sol qui écoutent sous la surface pendant que l’opérateur marche le long du segment de canalisation. Au fur et à mesure qu’il actionne, son capteur, le signal deviendra plus forts à mesure qu’il se concentrera sur son emplacement. Il existe également des unités montées en permanence dans des emplacements fixes le long du réseau de canalisations. La précision est généralement comprise entre 3 et 4 pieds, ce qui est plus que suffisant pour permettre aux opérations de creusement d’exposer et de réparer la fuite. L’utilisation d’appareils mobiles peut être entravée par l’environnement local et les structures techniques. Le son à la surface peut être étouffé par un sol profond, une chaussée épaisse ou une circulation locale dense. Si votre maison fait face à des problèmes de plomberie, appelez plombier Ferney-Voltaire dès aujourd’hui.